Mercredi 13 Décembre 2017
Rédigé par Clémentine Sabrié. Modifié le 20 Décembre 2017

Le mobilier urbain du 9e arrondissement contre les SDF


La Fondation Abbé Pierre a lancé sa campagne nationale contre le mobilier urbain anti-SDF mercredi dernier. Dans le 9e arrondissement de Paris aussi, picots, barres de fer et grilles empêchent les personnes sans domicile fixe de se reposer sur des bancs ou sous des porches.


Dans la cour de la mairie du 9e, pas d'endroit pour accueillir les personnes sans abris. (©Clémentine Sabrié/D9)
Dans la cour de la mairie du 9e, pas d'endroit pour accueillir les personnes sans abris. (©Clémentine Sabrié/D9)

Des accoudoirs ajoutés au milieu des bancs publics, des sièges individuels dans les stations de métro ou des picots sur les rebords, certains endroits du 9e arrondissement parisien empêchent de s’y asseoir, voire de s’y allonger. Ces éléments de mobilier urbain ont été spécialement conçus pour empêcher les personnes sans domicile fixe de se reposer, à l’abri. Ils ne sautent pas aux yeux, ils se fondent très bien dans le paysage urbain. Le promeneur à l’affût rencontrera cependant de nombreux exemples sur son chemin. 

La Fondation Abbé Pierre dénonce le mobilier urbain anti-SDF dans sa nouvelle campagne choc. Pour montrer l’inhumanité de certaines installations, l’association invite les internautes à participer. Ils peuvent envoyer des photographies avec leur géolocalisation sur Twitter en taguant le mot-dièse #SoyonsHumains. Chaque cliché est ensuite épinglé à la carte interactive du site internet de leur campagne, soyonshumains.fr. La carte parisienne recense déjà une centaine d’exemples de mobilier urbain anti-SDF. 
 


«Ce n’était qu’une question d’esthétisme»

Le 9e arrondissement de Paris ne fait pas exception à la règle. Le mobilier urbain anti-SDF se trouve à chaque coin de rue. Dans la cour de la mairie du 9e, rue Drouot, trônent six bancs d’environ deux mètres de long, assez larges pour accueillir un adulte allongé. Une poignée dépasse de l’assise au milieu de chaque banc. Cette sorte d’anse, trop basse pour servir d’accoudoir, est un exemple de détail anti-SDF dans le mobilier urbain. Si une personne essaye de s'allonger sur un de ces bancs, la poignée l’empêche de s’installer confortablement.

«Ces bancs ont été installés avant 2014, je ne saurais pas vous dire la motivation de ce choix mais je pense que ce n’était qu’une question d’esthétisme et rien de plus», répond Sébastien Dulermo, adjoint au Maire du 9e arrondissement depuis 2014, interrogé au sujet de ces bancs. M. Dulermo s’occupe de la politique d’aménagement de voirie, d’accessibilité, d’espaces verts, de nature en ville, de propreté et d’urbanisme. Sans autre commentaire sur les bancs à poignée dans la cour de la mairie, il affirme qu’ «à [sa] connaissance, il n’y a pas d’endroit dans le 9e arrondissement où un mobilier de ce type [anti-SDF] est installé».



Des installations de la RATP anti-SDF

Pourtant, certaines installations du 9e ne permettent pas aux personnes sans domicile fixe de se reposer. Elles ne peuvent pas trouver d'abri, même précaire, comme les porches, les bancs publics ou les abribus. Impossible aussi de dormir sur les quais de la station de métro Notre-Dame-de-Lorette. La RATP a installé des sièges individuels espacés les uns des autres d’environ un mètre cinquante. Avant l’installation de ces sièges, les personnes sans-abris pouvaient s’allonger sur une surface plane pour se reposer.

A l'arrivée de l'hiver, la question du logement s'impose. Dans le 9e arrondissement, pas de centre d'hébergement d'urgence. La mairie annonce l'ouverture d'un centre d'hébergement provisoire après les vacances de fin d'année. Le gymnase Gauguin, 33 rue Milton, accueillera des personnes sans abri du 8 au 28 janvier 2018. En attendant, les personnes sans domicile fixe ne trouvent pas de solution pour s'abriter dans le 9e. Comme le rappellent les affiches de la nouvelle campagne de la Fondation Abbé Pierre: «Au lieu d'empêcher les SDF de dormir ici, offrons-leur un logement ailleurs.»


Clémentine Sabrié
 

 



Nouveau commentaire :







La playlist de septembre