Mercredi 20 Décembre 2017
Rédigé par Arthur Gasqueres. Modifié le 23 Décembre 2017

Un déjeuner avec le Père Noël


Barbe fournie, grand manteau rouge et sourire jovial : au cinquième étage des galeries Lafayette, Christian Poincheval accueille petits et grands sous les traits du Père Noël. Pour cet artiste, le rôle est une performance et une expérience humaine.


Un décor a été installé au cinquième étage des galeries Lafayette. (© Arthur Gasqueres / D9)
Un décor a été installé au cinquième étage des galeries Lafayette. (© Arthur Gasqueres / D9)
À 13 heures, Christian Poincheval quitte le banc décoré du cinquième étage des galeries Lafayette, où de nombreux enfants viennent se faire prendre en photo avec lui. Mais pas question d'abandonner le rôle pour autant : c'est dans son costume resplendissant qu'il rejoint le restaurant de l'étage supérieur. «Je voulais être le Père Noël, être dans la peau du personnage. La grande ligne est d'être dans le rêve de l'enfant, dans ce côté magique et féérique que représente Noël», explique-t-il tandis que les regards se tournent sur son passage.

Au self, il discute avec les enfants qui passent et apostrophe les employé·e·s pour prendre de leur nouvelles. «Le Père Noël, c'est la sympathie à l'état pur. Les hôtesses, les vigiles, les vendeurs, je voulais que pour eux aussi ce soit Noël.» Tout le monde lui répond comme à un bon ami : depuis déjà plus d'un mois qu'il a quitté sa commune des Pays de la Loire pour représenter le Père Noël à Paris, Christian Poincheval a eu le temps d'être apprécié dans les galeries.

Être Père Noël n'empêche pas de faire la queue au self. (© Arthur Gasqueres / D9)
Être Père Noël n'empêche pas de faire la queue au self. (© Arthur Gasqueres / D9)

Plus qu'un travail, une performance

Le rôle est exigeant : 44 jours de travail, de 9h à 19h dans la peau d'un monument du folklore. Christian Poincheval voit cette expérience de son point de vue d'artiste : «J'ai déjà fait le Père Noël ailleurs et sur des durées plus courtes, mais là je voulais l'inscrire dans une dynamique artistique ; c'est une performance.»

Pour endurer l'épreuve, il peut compter sur sa famille, qui le soutient au quotidien : sa femme Evelyne, journaliste et «plasticienne de la voix» selon ses mots, et ses enfants Pénélope — contrebassiste professionnelle —  et Abraham Poincheval. Ce dernier est artiste performeur ; vous avez peut-être entendu parler de lui en mars et avril lorsqu'il s'est enfermé dans une pierre durant neuf jours et a couvé des œufs au Palais de Tokyo. Christian bénéficie donc des conseils de son fils quant à la gestion de la performance.

Des carottes au menu : "ça rend aimable !" (© Arthur Gasqueres / D9)
Des carottes au menu : "ça rend aimable !" (© Arthur Gasqueres / D9)

Entre deux bouchées, Christian raconte l'expérience humaine qu'est ce rôle : «C'est un monument, le Père Noël. Il y a une puissance qui s'en dégage. À coté de la féerie, il a un côté serein, apaisant.» Et les enfants ne sont pas les seuls à se sentir rassurés devant lui. «Il y a des adultes qui viennent me voir, me demandent s'ils peuvent faire un souhait, qui me disent "qu'il n'y ait pas la guerre"».

«Tu veux une glace ?» Le Père Noël en personne me propose une glace, l'occasion est trop belle pour rater ça. Tandis que nous faisons notre choix — nougat pour moi, framboise pour lui —, ce qu'il vient de dire est aussitôt illustré lorsque l'employée derrière le comptoir engage la conversation et prend une photo pour immortaliser l'instant.

Christian Poincheval profite de sa pause du midi, tout en restant le Père Noël. (© Arthur Gasqueres / D9)
Christian Poincheval profite de sa pause du midi, tout en restant le Père Noël. (© Arthur Gasqueres / D9)

L'art par l'expérience humaine

Au dessert, Chrisitian Poincheval confie ce qu'il fera de cette expérience. Il a obtenu ce poste aux galeries Lafayette sans sélection : c'est l'agence de publicité Maison Nouvelle, portée sur la culture, qui lui a demandé directement de jouer le rôle. Mais il veut s'approprier la performance avec un projet : cinq grandes toiles faites des dessins et des lettres reçues en tant que Père Noël, éclairées par des bougies qui seront soufflées à minuit. Le moment sera photographié et de grands tirages des images rejoindront les toiles, soulignant l'aspect humain de la période des fêtes.

Parfum framboise, assorti au manteau rouge. (© Arthur Gasqueres / D9)
Parfum framboise, assorti au manteau rouge. (© Arthur Gasqueres / D9)

Après avoir été au fil de sa vie couturier, journaliste, chef d'entreprise, il est aujourd'hui artiste plasticien et Père Noël dans un lieu prestigieux. Un bel accomplissement : «Participer comme ça à Noël, c'est un rêve de longue date. C'est comme créer une œuvre tous les jours.»

Arthur Gasqueres 

Infos pratiques

Galeries Lafayette :




Vous aimerez aussi
< >

Vendredi 22 Décembre 2017 - 12:09 Un Noël solidaire avec Les Petits Frères des Pauvres

Jeudi 14 Décembre 2017 - 14:24 La route du fromage


Nouveau commentaire :







La playlist de septembre