Mercredi 21 Mars 2018
Rédigé par Corentin Le Dréan. Modifié le 26 Mars 2018

Priscilla, folle du désert : la meilleure comédie musicale de l'année


Cela fait un an que la comédie musicale, Priscilla, folle du désert, a élu domicile au Casino de Paris. Adaptation d'un film australien des années 1990, elle a su attirer un public large, au point d'être prolongée jusqu'au 7 juillet prochain.


David Alexis, qui interprète le rôle Bernadette, a reçu le prix d'interprétation masculine lors du trophée de la comédie musicale (©Laurent Bàn Project)
David Alexis, qui interprète le rôle Bernadette, a reçu le prix d'interprétation masculine lors du trophée de la comédie musicale (©Laurent Bàn Project)
Un enthousiasme général règne au Casino de Paris. Sourire aux lèvres, les spectateurs sont guidés par des ouvreurs vêtus d’écharpes en plumes de toutes les couleurs. Ce samedi soir, la salle de spectacle de la rue de Clichy est quasiment pleine pour la comédie musicale Priscilla, folle du désert

L’ambiance est festive. Quelques spectateurs, déguisés avec des masques vénitiens, improvisent une danse lorsqu'It’s Raining Men, la chanson de The Weather Girls, retentit. Le show peut commencer. 


Inspirée du film du même nom, réalisé en 1994 par Stephan Elliott, la comédie musicale retrace les aventures de deux drag queen et d’un transsexuel traversant l’Australie dans un bus baptisé « Priscilla ». 

Le succès est au rendez-vous pour ce spectacle produit par Claude Cyndecki (Stars 80, la tournée, The Voice tour, Danse avec les stars, la tournée…). Comédie musicale de l’année aux Globes de Cristal 2018, Etoile de la comédie musicale pour Le Parisien/ Aujourd’hui en France… 
Depuis ses débuts, la critique et le public ne tarissent pas d’éloges pour le show de deux heures, qui reprend les plus grands tubes disco des seventies
 

Les titres Go West des Village People, Gloria Gaynor et son I Will Survive, ou encore Girls Just Want To Have Fun, interprétés par trois divas à la voix d’alto, accompagnent les personnages dans leurs péripéties entre Sidney et Alice Springs, pour le plus grand bonheur d’un public de tous âges, prêt à s’enflammer à chaque chanson.
Pendant l'entracte, la fièvre du samedi soir ne retombe pas, et la salle de spectacle se transforme en énorme piste de danse disco. Chauffés par des ouvreurs qui s'improvisent animateurs de soirée, les spectateurs entament la chorégraphie de la chanson Y.M.C.A des Village People. 


Visuellement, c’est également une réussite. Les costumes strasses et paillettes, qui rappellent ceux des danseuses du Moulin Rouge, illuminent la scène à chaque chorégraphie.
Il en est de même pour les effets spéciaux. Le bus « Priscilla » est reproduit grandeur nature et donne l’illusion de rouler à travers le désert australien grâce aux écrans placés derrière lui. Un système de rotation l’intègre pleinement aux scènes de danse, et donne l’impression aux spectateurs de voir un film.

Une comédie musicale pleine de bonne humeur, qui donnera envie de danser aux nostalgiques des seventies comme aux plus jeunes.
Corentin Le Dréan



Vous aimerez aussi
< >

Nouveau commentaire :







La playlist de septembre