Mercredi 29 Juin 2011
Rédigé par Emmanuelle Cohendet. Modifié le 3 Mars 2015

"Pan" au Théâtre de Paris : un spectacle de rêve


Magie, poésie mais aussi humour sont au rendez-vous fixé par Irina Brook avec son adaptation pleine d'inventivité de Peter Pan. A découvrir très vite, même si l'on a plus de neuf ans !


photos Patrick Lazic
photos Patrick Lazic
Dans la salle, beaucoup d'enfants, mais pas que. Les neuf ans ne sont pas aussi fatidiques qu'il sera dit.
Sur la scène, la proue du navire de pirates, avec son squelette et son fameux drapeau. A l'opposé, un manège plus contemporain. Au centre, deux simples bancs qui sauront se transformer pour être une maison londonnienne comme l'océan du pays de Jamais...  Dessus, dessous, autour, les quinze comédiens de Pan vont voler, nager, faire de folles acrobaties, terroriser et faire rire, charmer, et surtout faire rêver.

"Pan" au Théâtre de Paris : un spectacle de rêve
Depuis la première de la pièce en 1904, toutes les générations connaissent les aventures de ce petit garçon qui ne voulait pas grandir, et les adaptations se sont multilpliées.
Mais Irina Brook, dont les mises en scène précédentes ont souvent été saluées par de nombreux prix, la revisite avec une superbe et ingénieuse inventivité, offrant de nouveaux reliefs aux personnages et éléments clefs imaginés par J.M. Barrie.

Un terrible Capitaine Crochet
Si on retrouve toute la poésie et la magie, s'y ajoute une bonne dose d'humour.
Si Louison Lelarge sait être le Peter Pan qu'on imaginait, Johanna Hilaire donne une belle rondeur à la féé Clochette, toujours aussi chipie mais aussi drôle et sensuelle, et les Enfants perdus comptent des jumeaux inénarrables.

La surprise vient surtout des pirates, transformés ici en quatuor déjanté qui chante et joue ses plans "méphistophéliques" sur des rythmes de jazz ou de blues, et des tirades de Shakespeare échangées avec le chef, le fameux Capitaine Crochet.

Celui-ci perd en méchanceté, mais gagne terriblement en charme (ce qui n'est pas pour déplaire aux mamans) incarné par un Georges Corraface jouant brillamment de tous les registres.

"Pan" au Théâtre de Paris : un spectacle de rêve
Tout aussi époustouflant, Nuno Roque, l'interprète de John, le frère de Wendy. Encore plus époustouflant quand on apprend que celui-ci qui se montre "so british" est portugais. Mais que, chanteur, comédien et mime, il a commencé sa carrière à... 3 ans.

Un bémol pourtant concernant Wendy, qui, tout en félicitant Peter Pan sur son image positive de la femme, renvoie plutôt celle d'une nunuche. On aime la voix de Babet quand elle chante, beaucoup moins quand elle parle.

Reste une partition enthousiasmante, à laquelle petits et grands applaudissent à tout rompre, servie par une troupe qui, cosmopolite à souhait, prouve avec talent que l'on peut rêver ensemble. A vite découvrir au Théâtre de Paris (dernière le 9 juillet).

Pan, Théâtre de Paris, 15, rue Blanche, 75 009 Paris. Du mardi au samedi à 21 heures, matinée le samedi à 17 heures. Réservation : 01 48 74 25 37. Tarifs : de 17 euros à 42 euros selon la catégorie, 10 euros pour les moins de 26 ans.



Vous aimerez aussi
< >

Nouveau commentaire :







La playlist de septembre