Mercredi 11 Avril 2018
Rédigé par Etienne Meyer-Vacherand. Modifié le 18 Avril 2018

Le Disquaire Day, une aubaine pour les indépendants


Installé depuis six ans dans le 9e, aux 1 et 3 avenue Trudaine, le disquaire la Fabrique Balades Sonores participera à la 8e édition du Disquaire Day les 21 et 22 avril. Ce week-end permet aux indépendants de se démarquer des grandes enseignes culturelles et d'internet en proposant des vinyles rares. Interview avec Anthony Alias, disquaire depuis cinq ans.


Anthony Alias, disquaire de la Fabrique Balades Sonores, attend beaucoup de la 8e édition du Disquaire Day (©Etienne Meyer/D9)
Anthony Alias, disquaire de la Fabrique Balades Sonores, attend beaucoup de la 8e édition du Disquaire Day (©Etienne Meyer/D9)

Qu’est-ce que le Disquaire Day ?

Ce sont deux journées dans l’année où sont réédités et vendus des vinyles rares. Le Disquaire Day est exclusivement réservé aux disquaires indépendants. Les enseignes comme la Fnac ou les vendeurs sur Internet n’y participent donc pas. Pour chaque pays, il y a un listing officiel. En France, il y a à peu près 300 références. Nous avons aussi accès aux autres catalogues mais certaines références sont exclusives à un pays. On commande beaucoup aux Etats-Unis, mais nous savons que certaines éditions seront réservées aux Américains. Les commandes sont centralisées par le CALIF [ndlr. Club Action des Label Independant Français] qui fait l’intermédiaire entre les disquaires français et les labels qui proposent des références.

Cette année, quels seront les vinyles les plus recherchés ?

Comme l'année dernière, ceux de David Bowie sont très attendus. C’est une journée qui attire surtout les collectionneurs. Cette année, on devrait avoir une édition plus équilibrée entre les grands noms et les références plus confidentielles. Le Disquaire Day est une chance pour les petits labels qui peuvent mettre en valeur leurs sorties.

«On vend autant en un seul week-end qu'en un mois d'activité»


Que représente cette journée pour un disquaire indépendant comme vous ?

C’est les deux plus grosses journées de l’année. On vend autant en un seul week-end qu'en un mois d'activité. Même s'il y a un renouveau du marché du vinyle en ce moment, ça reste un gros coup de pouce pour les disquaires indépendants. La journée attire beaucoup l’attention des médias. C’est également l’occasion de nous démarquer de façon plus nette d’Internet et des enseignes de grande distribution.

Arrivez-vous à résister aux offres d’Internet et des grandes enseignes ?

Oui et non. La clientèle n’est pas la même. Paris est une ville assez chouette pour les disquaires indépendants car beaucoup de Parisiens sont intéressés par ce type d’offre ainsi que pas mal de touristes. Pour les vinyles neufs, on a encore du mal à rivaliser avec Amazon, bien qu'on arrive à vendre certaines références pointues au même prix, si ce n'est moins chères. La différence avec Internet se fait sur la relation client. Notre catalogue est plus personnel, avec des références particulières. Et puis ce n’est pas très conseillé d'envoyer un vinyle par courrier.

Aujourd’hui l’image du vinyle est un peu élitiste. Est-ce que c’est un support qui s’adresse à tout le monde à l’heure du tout numérique ?

Effectivement, je ne pense pas que beaucoup de personnes défavorisées viennent dans notre boutique. Le public est cependant de plus en plus éclectique et mélangé. On y trouve des filles, des garçons, des jeunes et des vieux. Ce sont surtout des passionnés qui choisissent de consacrer leur budget loisir aux vinyles mais ce n'est pas qu'un public aisé. C'est de plus en plus compliqué d'établir un profil type de l'acheteur de vinyl. 

La Fabrique Balades Sonores ne vend pas que des vinyles. Est-ce nécessaire pour exister en tant que disquaire ?

On vend aussi des platines, des livres et les créations de Chicamancha, la créatrice qui s’occupe de notre identité visuelle. Elle propose une ligne de vêtements en vente dans la boutique. C’est un peu la spécificité du lieu, ça le rend plus accueillant et chaleureux. Cela nous permet aussi de nous distinguer des autres disquaires où il n’y a que des bacs de disques.

Balades sonores c'est aussi un label. Pendant le week-end du Disquaire Day vous organiserez aussi des concerts ? 

Oui, aussi un événement festif, on diffusera de la musique tout le week-end, dans et devant le magasin. Il y a aussi deux showcase de prévu. Un le samedi et un le dimanche. Le samedi c'est un groupe de funk, Abdul and the Gang et le dimanche c'est un jeune français qui s'appelle Homa. Il fait une sorte d'électro-pop assez belle. 

 

Etienne Meyer-Vacherand


Infos pratiques :


 

8e Disquaire Day 
La Fabrique Balades Sonores
1-3, avenue Trudaine
Samedi 21 et dimanche 22 avril 
Plus d'informations ici   



Vous aimerez aussi
< >

Jeudi 29 Mars 2018 - 20:07 Urban Signature, du street-art sur mesure


Nouveau commentaire :







La playlist de septembre