Mardi 20 Mars 2018
Rédigé par Théophile Vareille. Modifié le 21 Mars 2018

Le 9ème au diapason du développement de la francophonie


A l'occasion de la semaine de la Francophonie, Le Daily Neuvième a rencontré des jeunes aventurières à la découverte du français.


Cours du soir en petit comité à l'Atelier 9, les cours se font en petit groupe pour faciliter le dialogue. ©Théophile Vareille
Cours du soir en petit comité à l'Atelier 9, les cours se font en petit groupe pour faciliter le dialogue. ©Théophile Vareille
 

"L'université ? La université ? Le université ?" Deepika Vijay s'interroge. Depuis trois semaines elle suit des cours du soir pour débutants en langue française à l'Atelier 9, une école de langues située à quelques pas du métro Cadet. Apprendre un genre pour chaque mot, c'est une difficulté importante lorsque l'on débute en français. 
 

Lundi soir, après les présentations, Yannick Oliviero, professeure en charge du cours, ouvre donc la séance avec un jeu : deviner si un mot est masculin ou féminin. C'est à qui, parmi les trois élèves présentes ce soir-làattrapera la petite figurine en caoutchouc rouge la première, donnera la bonne réponse et engrangera le plus de points. 


Un apprentissage difficile à assimiler

"Le principe c'est que les élèves fabriquent les règles eux-mêmes" explique Yannick Oliviero. Elle suit la pédagogie ludique et "inductive" propre à l'école. "Il faut s'adapter à l'élève, à ses besoins", renchérit Pan Gonzalez, responsable de la section espagnole d'Atelier 9. Tous les élèves qui suivent les cours de français sont étrangers, la plupart sont jeunes, "entre 20 et 30 ans" selon Pan Gonzalez. Ceux et celles qui viennent aux cours du soirs le font parce qu'ils ont besoin du français dans leur travail ou pour en trouver. 
 

C'est le cas de Deepika Vijay, 23 ans et originaire de Singapour. Elle est arrivée à Paris au mois d'août et habite aujourd'hui à Montmartre. Suivant un master d'analyse de donnée à l'ESCP (école de commerce parisienne anglophone), elle cherche un stage afin de valider son cursus. Pour cela, elle doit savoir manier le français. Pourtant, son niveau ressemble encore au "supermarket French" ("français de supermarché", ndlr), comme elle confie volontiers.
 

"Souvent les élèves progressent sans s'en rendre compte", affirme notre professeure du soir, Yannick. "Pendant le cours on discute, c'est interactif, on peut passer toute l'heure sur un sujet", continue-t-elle.  

À l'Atelier 9, l'apprentissage du français passe aussi par la découverte de la gastronomie locale. © Théophile Vareille
À l'Atelier 9, l'apprentissage du français passe aussi par la découverte de la gastronomie locale. © Théophile Vareille

Le français, une langue internationale

Cette méthode requiert un engagement actif de l'élève. Victoria, étudiante en droit à l'Université de Sicile, part avec une longueur d'avance. L'italien est la langue partageant la plus grande proximité lexicale avec le français. 
 

En Sicile, elle est bénévole dans une association offrant une aide légale aux réfugiés, dont certains ne parlent pas que françaisDe passage dans la capitale française pendant un mois, elle veut apprendre le français pour pouvoir échanger avec ces réfugiés francophones.  
 

Le français est d'ailleurs la 6e langue la plus parlée au monde, derrière l'anglais, le mandarinl'espagnol, l'arabe et l'hindi. Comme tous les ans, elle est célébrée jusqu'au 25 mars dans le cadre de 23e semaine de la francophonie Près de 800 événements sont organisés dans le monde entier pendant une semainede Nouméa à Bamako en passant par l'Alliance Française de Guayaquil en Equateur. Une vitalité et une diversité auxquelles tient le président Emmanuel Macron qui a tenu aujourd'hui un discours à l'Institut de France dans lequel il souhaité notamment doubler le nombre d'élèves dans les lycées français à l'étranger. 

 

 

Infos pratiques 

Dans le 9e, la boutique France Loisirs, au 92 rue Saint-Lazare, participe à la semaine de la Francophonie et "invite les enfants à partager des animations et des jeux autour des mots et de la langue française"mercredi de 10h à 18h . 

 

 


Théophile Vareille




Nouveau commentaire :







La playlist de septembre