Mardi 28 Mai 2013
Rédigé par Florian Laporte. Modifié le 14 Novembre 2014

Exclu: Le Grand Orient dénonce «l'anti-maçonnisme» du Printemps français


FRANC-MAÇONS - Des opposants au mariage homosexuel se sont réunis vendredi dernier rue Cadet pour dénoncer l’influence des francs-maçons dans le débat. Le Grand Orient de France fait part de son agacement...


Vendredi 24 mai, les opposants au mariage homo se sont réunis devant le Grand Orient de France. (Photo: Le Daily Neuvième)
Vendredi 24 mai, les opposants au mariage homo se sont réunis devant le Grand Orient de France. (Photo: Le Daily Neuvième)
«Le Printemps français veut la fin de la République. N’oubliez jamais que la première mesure prise par le régime de Vichy et le Maréchal Pétain a été la dissolution du Grand Orient de France.» C’est par ces mots implacables que le Grand-Maître José Gulino réagit au rassemblement de militants anti-mariage gay vendredi 24 mai devant le Grand Orient de France. «Pour tout mouvement qui met en cause la République, le ministère de l’Intérieur doit prendre ses responsabilités», poursuit le numéro 1 de la plus grande obédience maçonnique de France.

«Francs-maçons fascistes!», scandaient vendredi soir la centaine de manifestants présents rue Cadet, répondant à l’appel du Printemps français et du Collectif des avocats contre la répression policière et idéologique (Carp). Soucieux de fournir des images aux médias présents, les organisateurs avaient mis l’accent sur la forme, notamment à travers la présence d'un cracheur de feu. Ironiquement intitulé «leçon pour un nouvel ordre moral», un court spectacle mettait en scène quelques enfants assis dans la rue.  Pour conclure, une vingtaine d’«hommen» se sont alignés devant le bâtiment, torse nu, masqués, et fumigènes tricolores à la main.

Théories du complot

José Gulino, Grand-Maître du Grand Orient de France
José Gulino, Grand-Maître du Grand Orient de France
Objectif affiché par Frédéric Pichon, président du Carp: «dénoncer la collusion entre francs-maçons et pouvoir». Selon lui, la franc-maçonnerie est une organisation «occulte et cloisonnée», jouissant d’une «forte influence politique», a-t-il expliqué au Daily Neuvième. Pour lui, pas question de «diaboliser des boucs émissaires» mais il s'agit d’«être capable de désigner ceux qui font la loi et le rôle actif des francs-maçons».

Du côté du Grand Orient, on dénonce pourtant une recrudescence de l’anti-maçonnisme. «En période de crise économique, comme en 1919, il faut des boucs émissaires, estime José Gulino. A l’époque c’était le complot judéo-maçonnique, maintenant c’est le complot socialo-maçonnique.»  Des suspicions qui ne datent pas d’hier, comme l’explique Emmanuel Pierrat, lui-même franc-maçon et auteur des Secrets de la franc-maçonnerie : «L’abbé Barruel avait déjà théorisé le complot maçonnique au XVIIIe siècle.»

Discrétion ou secret?

Pourquoi un tel acharnement? Pour Emmanuel Pierrat, les théories du complot sont des «systèmes d’explication simplistes pour des esprits faibles». Autrement dit, ceux qui critiquent connaissent mal la franc-maçonnerie. «Il n’y a rien de secret au Grand Orient de France», assure pourtant Gérard Contremoulin, ancien membre du Conseil de l’ordre. «On peut voir qui entre, qui sort, les portes sont ouvertes et on a même installé une façade transparente!» 

La discrétion des francs-maçons serait en partie liée au traumatisme de la Seconde Guerre mondiale. «Compte-tenu du tribut qu’ont payé les francs-maçons - déportés et exterminés pendant la dernière guerre - il y a eu un phénomène de repli sur soi, de protection», témoigne le Grand-Maître José Gulino. La démarche de revendiquer ou non son appartenance à la franc-maçonnerie relève donc d'un choix personnel. «Pourquoi devrait-on dire de quelqu’un qu’il est franc-maçon?, questionne Gérard Contremoulin. C’est comme dire de quelqu’un qu’il est pêcheur de ligne, cela relève de l’intime.»



Vous aimerez aussi
< >

Samedi 17 Mars 2018 - 18:21 Les jeunes du FN prêts au rassemblement


Nouveau commentaire :







La playlist de septembre