Mercredi 21 Décembre 2016
Rédigé par Le Daily Neuvième. Modifié le 21 Décembre 2016

Un « Noël Extra Polaire » aux Galeries Lafayette


En cette fin d'année 2016, les Galeries Lafayette Haussmann célèbrent Noël à travers des projets qui mettent en valeur l'Antarctique, sensibilisant en parallèle le public à la biodiversité. Deux d'entre eux monopolisent l'attention des clients : le Grand Sapin sous la coupole, et les vitrines piétonnes.


La coupole de style byzantin de 33 mètres de haut. © Romain Métairie
La coupole de style byzantin de 33 mètres de haut. © Romain Métairie
Seize mètres de haut sur 8 mètres de large, pour un poids total de 1 113 kilos, dont 124 kilos uniquement pour l'étoile lumineuse d'une puissance de 2000 watts. A l'approche des fêtes de fin d'année, le Grand Sapin blanc situé sous la coupole des Galeries Lafayette surplombe les différents stands de marques de parfum. Mais cette année, point de sapin vert traditionnel illuminé par une multitude de guirlandes. Avec un conifère entièrement conçu avec du papier, le magasin visait sur l'originalité pour séduire les visiteurs. 

Un défi qui ne remporte pas tous les suffrages. Florence est venue montrer à son fils les nouvelles décorations du magasin. La jeune femme de 34 ans trouve le nouveau sapin «moins bien que d'habitude», même si elle reconnaît l'application dans le projet : «Je préfère le vrai sapin décoré, avec des guirlandes et de la couleur. Avec ce blanc, j'ai l'impression qu'il fait très nu, et moins chaleureux.»

Au 1er étage, Jérôme, Danielle et Yvon profitent de leur séjour à Paris pour venir admirer eux aussi les nouvelles décorations. Si les deux premiers s'accordent à dire que le sapin fait moins d'effet qu'avant, Yvon trouve que le sapin «ressort mieux que tout le reste. Il est quand même très abouti. Quand je vois par exemple les téléphériques qui circulent autour, la grande roue, ainsi que les ours polaires marcher, je me dis qu'il doit y avoir énormément de travail derrière tout cela.»

26 nuits de montage

A l'origine de ces productions en papiers de volume, on retrouve Lorenzo Papace. Pendant 26 nuits courant novembre, ce directeur artistique de 30 ans a dirigé plus de quarante personnes de diverses expertises dans la construction du sapin et des vitrines extérieures. 
Au total, ce sont «97 personnages en papiers qui ont été confectionnés, dont 72 ours qui animent les vitrines (la plupart sont des ours et des manchots)», selon Alix Dassonville-Reynaud, chargée en relations publiques du magasin. 
Pour donner vie à ces créations, le magasin s'est associé avec le géant en papeterie Arjowiggins. La firme franco-britannique a fourni 1,2 tonne de papier au magasin afin de réaliser ces projets.

A l'extérieur du magasin, les 14 vitrines qui jalonnent le magasin semblent rencontrer plus de succès. Beaucoup comme Florence les préfèrent au sapin. Elles racontent l'odyssée d'une famille d'ours polaires, qui, voyant leur banquise fondre inexorablement, décide de quitter le pôle Nord, pour la banquise des Galeries Lafayette. 
Le voyage séduit, notamment chez les parents, comme Madjid, 38 ans et père de deux enfants : « Je suis passé devant la veille, et j'ai voulu y emmener mes enfants pour leur montrer les vitrines. » 
Roselyne, 62 ans, a elle aussi emmené son petit-fils pour admirer les vitrines. Si elle partage les avis sur la qualité esthétique des créations, elle regrette « le fait que cela parle moins aux enfants. C'est différent des peluches que l'on a l'habitude de voir les années précédentes. » 

Sensibiliser le public à la biodiversité

Les vitrines sur la rue La Fayette et la rue Chaussée d'Antin. © Romain Métairie
Les vitrines sur la rue La Fayette et la rue Chaussée d'Antin. © Romain Métairie
L'idée derrière cette histoire est aussi que chacun prenne conscience de l'importance de préserver la banquise. 
« C'est un excellent moyen d'expliquer aux enfants les enjeux du réchauffement climatique, avec des illustrations animées, presque grandeur nature », ajoute Laurent, 47 ans. 

Les maquettes miniatures en papier des vitrines et du sapin, signées Lorenzo Papace, ont d'ailleurs été mises aux enchères. Les bénéfices récoltés sont réservés à l'association Wild-Touch, une ONG qui s'est elle-même associée au magasin pour sensibiliser le public à l'univers antarctique, à travers des images immersives de l'expédition « Wild-Touch Antarctica  » de 2015, visibles sur la terrasse des Galeries.

Une période importante pour le magasin

Des projets collaboratifs qui nécessitent une forte présence d'effectifs afin d'être menés à bien. D'autant que les Galeries Lafayette commencent à expérimenter les ouvertures le dimanche, avant une ouverture régulière prévue dès le 8 janvier. « Le magasin a déjà recruté environ 500 CDI pour le travail du week-end », affirme Alix Dassonville-Reynaud. Avec 20 % de son chiffre d'affaire réalisé à l'occasion des fêtes (3,4 milliards d'euros en 2015), le magasin boulevard Haussmann compte bien faire au moins autant cette année. Voire mieux, car depuis la mi-novembre, les ventes ont augmenté de 10 % par rapport à 2015.

Romain Métairie



Nouveau commentaire :







La playlist de septembre