Vendredi 27 Janvier 2017
Rédigé par Raphaël Abd El Nour. Modifié le 28 Janvier 2017

Trois générations de militants avec Benoît Hamon


En attendant le deuxième tour de la primaire de la gauche, dimanche, les troupes socialistes du 9e se mobilisent. Ce mercredi, des soutiens de Benoît Hamon organisaient une distribution de tracts et programmes devant la station de métro Cadet. Plusieurs générations de militants étaient réunies dans le froid pour convaincre les derniers indécis, et se confronter aux citoyens.


Nathanaël, Michel et Pierre-Yvain (de gauche à droite) ont respectivement 20, 77 et 35 ans. Ils se mettent d'accord sur les lieux où tracter. ©Raphaël Abd El Nour/D9
Nathanaël, Michel et Pierre-Yvain (de gauche à droite) ont respectivement 20, 77 et 35 ans. Ils se mettent d'accord sur les lieux où tracter. ©Raphaël Abd El Nour/D9
«C'est toi le nouveau ? -Oui, je m'appelle Nathanaël ! -Madeleine, enchantée. C'est moi qui t'ai envoyé le mail.» Avant de commencer, on apprend à se connaître entre sympathisants. Puis on se répartit les tracts, et on colle sur son manteau l'étiquette «#BenoîtHamon2017» . Trois personnes restent devant le métro Cadet, et les autres se postent un peu plus loin, vers la rue Drouot. Les sympathisants socialistes du 9e venus diffuser des tracts pour le candidat à la primaire de la gauche ont entre 20 et 77 ans. Les bérets côtoient les sweats à capuche. Dans deux heures, ils iront tous ensemble à la Bellevilloise pour regarder le débat Hamon-Valls, avec les autres sections parisiennes du Parti Socialiste (PS). Mais, pour l'instant, ils choisissent de tracter pour soutenir leur candidat.

«J'ai apporté les gants quand même, faut pas déconner», sourit Alain, adhérent PS depuis 20 ans. Ce soixantenaire déploie toute son énergie pour cette action de tractage. «Votez pour Benoît Hamon, le vrai candidat de la gauche ! La seule, l'authentique gauche !» déclame-t-il devant les passants. Certains prennent son tract, ou passent sans faire attention. Mais d'autres s'arrêtent, enthousiastes : «On gagnera ! J'aime bien Benoît Hamon !»... «Cela fait plaisir quand ça se passe comme ça», confie Alain, qui discute aussi bien avec les passants qu'avec ses camarades. Il ne les connaît pas tous très bien. Pas encore.

Une famille de militants

Nathanaël Baud-Tanette s'est inscrit il y a une semaine. Il a été contacté pour participer au tractage. ©Raphaël Abd El Nour/D9
Nathanaël Baud-Tanette s'est inscrit il y a une semaine. Il a été contacté pour participer au tractage. ©Raphaël Abd El Nour/D9
C'est la dernière ligne droite pour les militants du quartier. Dans le 9e, Benoît Hamon a réuni environ 40% des voix, Manuel Valls 31%, au premier tour. Alors les sympathisants des deux bords se mobilisent.«Tout ce mois-ci, c'était intensif», explique Pierre-Yvain Arnaud, secrétaire de section PS du 9e et professeur d'histoire-géographie, emmitouflé dans son écharpe.«On a fait tout le 9e, tous les métros. On a organisé des réunions et regardé les débats ensemble» »poursuit-il. Les actions de collage d'affiches étaient moins nombreuses, respect de la propreté oblige. «De toute façon, on en a pas les moyens», sourit Pierre-Yvain Arnaud. «Montebourg, lui, avait payé des gens pour du collage.»

Le secrétaire de section de 35 ans a déjà mené une campagne : celle de Lionel Jospin, en 2002. «C'était une belle claque. On faisait de très belles choses dans le QG de Jospin, mais sur le terrain on se faisait tout le temps chambrer par les gens», lâche-t-il en riant. Pour lui, aller au contact des citoyens  reste une des meilleures façons de faire de la politique. Et de permettre aux sympathisants de mieux se connaître : "Il y a trois générations de militantisme réunies ici : c'est beau.»

Au fil du tractage, les mains se gèlent. Nathanaël Baud-Tanette met les siennes dans ses poches, entre deux phases de distribution. «On devrait créer le PSG», glisse-t-il à Alain. Incompréhension de ce-dernier. «Le Parti Socialiste de Gauche. On laisse le PSD (Parti Socialiste de Droite; NDLR) à Valls !», conclut Nathanaël en riant. Le jeune homme de 20 ans est étudiant en informatique à Jussieu et habite juste à côté de la station Cadet, rue Lamartine. Ce tractage est sa deuxième action : Nathanaël s'est inscrit la semaine dernière sur le site de Benoît Hamon. «Mon choix s'est fait rapidement. Je n'aime pas la personnalité de Mélenchon. Et puis j'ai fait Nuit Debout. Donc face à Valls, y a pas photo : je me suis mangé ses CRS pendant quatre mois, c'est pas pour aller voter pour lui après», explique-t-il. Et Nathanaël connaît bien l'histoire de son candidat : il évoque par exemple la pétition que Benoît Hamon avait lancée début 2016 pour faire reconnaître le burnout comme maladie professionnelle... Des arguments bien rodés pour une recrue pourtant nouvelle.

Pour dimanche et pour plus tard

Les sympathisants rencontrent des passants déjà convaincus, intéressés et parfois indifférents. ©Raphaël Abd El Nour/D9
Les sympathisants rencontrent des passants déjà convaincus, intéressés et parfois indifférents. ©Raphaël Abd El Nour/D9
Les jeunes sympathisants comme les plus chevronnés sont ici déterminés à faire gagner Benoît Hamon. Michel Lenorzer, 77 ans, est engagé depuis 12 ans dans le Parti Socialiste. Béret sur la tête, mitaines, sac à dos et tracts sous le coude, il est posté à l'entrée de la rue Cadet. «C'est important de s'engager, pour mes enfants et mes petits-enfants», estime ce retraité, qui a également milité au sein de la CFDT durant 28 années. Il s'estime aujourd'hui trahi : «Je ne m'y reconnais plus du tout. Un syndicaliste digne de ce nom ne peut pas signer la loi El Khomri», explique-t-il. Le tractage est une façon pour lui de continuer à s'engager politiquement, pour le scrutin de dimanche mais aussi pour «'avenir des jeunes et des citoyens».

Ce soir l'action des militants  ne durera pas plus une demi-heure. Il fait trop froid, et tout le monde veut manger avant le débat. «Cela va être punchy», assure Alain. «Tu vas au meeting d'Hamon demain ?» demande-t-il à Nathanaël. «Ca dépend, s'ils offrent les shots. -Les quoi ? -Euh... Les shots...les boissons, quoi! »






Informations pratiques :
Site très simple pour trouver votre bureau de vote : ouvoter.lesprimairescitoyennes.fr

Raphaël Abd El Nour



Vous aimerez aussi
< >

Mercredi 30 Novembre 2016 - 18:00 Le grand élan de la démocratie participative

Lundi 28 Novembre 2016 - 16:53 Le 9e a davantage voté pour Alain Juppé


Nouveau commentaire :







La playlist de septembre