Vendredi 5 Mai 2017
Rédigé par Marie Briand-Locu. Modifié le 5 Mai 2017

Paul Vannier, Insoumis à la Vème République


Après la défaite au premier tour des élections présidentielles, les Insoumis misent désormais sur les législatives des 11 et 18 juin prochains. Paul Vannier, candidat Insoumis dans la 18e circonscription se revendique proche du peuple, à l’image de son mouvement politique, et considère les Insoumis comme la seule alternative de gauche au quinquennat de François Hollande.


Paul Vannier est le candidat de La France insoumise aux élections législatives des 11 et 18 juin prochains, dans la 18e circonscription. (Photo : Marie Briand-Locu)
Paul Vannier est le candidat de La France insoumise aux élections législatives des 11 et 18 juin prochains, dans la 18e circonscription. (Photo : Marie Briand-Locu)

« Les gens ne votent pas pour une personnalité mais pour un programme », affirme Paul Vannier, candidat Insoumis aux législatives dans la 18e circonscription. Le porte-parole éducation de Jean-Luc Mélenchon pendant la campagne présidentielle, s’efface, dès les premiers mots échangés, derrière les propositions du mouvement politique. La France insoumise a fini quatrième au premier tour de l’élection présidentielle, avec pas moins de 19,2% des voix. « Si nous gagnons les législatives en juin nous pourrons mettre en place l’avenir en commun de Jean-Luc Mélenchon. Moi j’ai un programme, c’est celui de la présidentielle, et il est clair », martèle le candidat avec véhémence.

Faute d’avoir gagné le premier tour de la présidentielle, les Insoumis espèrent remporter les législatives des 11 et 18 juin prochains. « Avec une majorité Insoumise à l’Assemblée tout devient possible. On pourra mettre en place la VIème République parce qu’institutionnellement on en aura les moyens », s’enthousiasme Paul Vannier. Le mouvement de Jean-Luc Mélenchon n’a pas encore de députés à l’Assemblée nationale, mais au regard de l’élection présidentielle, Paul Vannier envisage une vague Insoumise au parlement : « On est en tête dans 64 circonscriptions, deuxième dans 167, et en capacité de se maintenir au second tour dans 431. » Et pour la 18e circonscription, le candidat se montre particulièrement optimiste : « Avec 3 000 signataires, on est la première force politique. Si on garde la même mobilisation qu’aux présidentielles, on peut gagner. Mélenchon a réalisé un très bon score dans cette circonscription : 24,4% des voix. » En attendant, le candidat s’apprête à mener une campagne synonyme d’échanges en allant à la rencontre des habitants des 9e et 18e arrondissements avec « des évènements chaque week-end dans différents quartiers ».

Et Paul Vannier l’assure, il fera des propositions de lois qui influeront sur le quotidien des Français. Comme son mouvement politique le revendique, il se veut proche des électeurs. En tant que professeur en lycée, il est très sensible aux questions d’éducation. « Nous recruterons des enseignants pour que les élèves apprennent dans de bonnes conditions et nous ferons une refonte profonde de la carte scolaire pour favoriser la mixité sociale. » Concerné par l’écologie, il ajoute : « En tant que député, je pourrai proposer une loi de planification écologique, qui rendrait gratuits les transports en commun. »


Les législatives : le plan de bataille des Insoumis

Membre du Parti de gauche à partir de 2009, Paul Vannier se tourne vers les Insoumis dès la création du parti de Jean-Luc Mélenchon, en février 2016 : « Pour moi les Insoumis, c’est l’espoir de la gauche. Nous ne sommes pas un parti extrémiste, ce sont nos adversaires qui nous qualifient ainsi.» Sa suppléante aux législatives sera Sabrina Ali-Benali. Médecin interne, elle est l’auteure d’une vidéo virale dans laquelle elle dénonce les conditions difficiles des urgences. L’enseignant explique son choix : « Nous ne sommes pas des politiciens professionnels, on le fait en plus de notre travail. C’est très important que Sabrina soit ma suppléante car elle incarne cette dimension de lanceur d’alerte propre aux Insoumis. »

Mais, Paul Vannier ne sera pas le seul candidat se revendiquant de gauche lors des législatives. Il fera face à Caroline de Haas, soutenue par EELV et Myriam El Khomri, investie par le Parti socialiste. Deux candidatures déjà très connues. « Caroline de Haas n’est pas mon adversaire, je lui ai proposé de rejoindre le cadre collectif de la France insoumise. Je combats Myriam El Khomri, c’est elle qui est responsable du chômage et de la précarité. Avec Caroline de Haas, nous avons cette adversaire en commun. » Mais la militante féministe a refusé. « Caroline de Haas pense pouvoir incarner seule le combat contre Myriam El Khomri », regrette le candidat en campagne.

Les Insoumis, selon lui, sont la seule « alternative complète » pour la gauche au quinquennat de François Hollande. Un gouvernement marqué - entre autres - par la loi travail de Myriam El Khomri : « Je combats celle qui a utilisé de façon autoritaire les pires moyens que la Vème république propose», à savoir le 49-3. Les législatives sont un enjeu majeur pour les Insoumis afin d’avoir une marge de manœuvre contre le prochain gouvernement. Paul Vannier est clair sur les objectifs de ce mouvement : « Cette élection présidentielle ne va pas résoudre les problèmes du pays. Seule une majorité des Insoumis à l’Assemblée nationale pourra y remédier. » Avant de dévoiler son plan de bataille : « D’abord battre Marine le Pen, ensuite combattre Emmanuel Macron avec une majorité aux législatives. »
 

Marie Briand-Locu
                                                                                                                                      





Vous aimerez aussi
< >

Jeudi 23 Mars 2017 - 18:19 Caroline de Haas, oser l'Assemblée



1.Posté par François le 16/05/2017 12:34
Merci pour votre engagement à continuer de porter avant tout un programme, un programme qui ne change pas en cours de route comme le fait le PS.
Cela permet de faire un choix clair et réfléchi.

Nouveau commentaire :







La playlist de septembre