Dimanche 24 Novembre 2013
Rédigé par Laetitia Dive et Sophie Souchard . Modifié le 14 Novembre 2014

Love Money, l'association solidaire avec les PME


Jean Salwa, 80 ans, tient les rênes de l'association Love Money pour les PME, située rue de Montyon, avec son fils Didier. Leur but ? Faire le lien entre les particuliers qui souhaitent investir et les jeunes entreprises en recherche de fonds propres.


Jean Salwa créateur de l'association Love Money
Jean Salwa créateur de l'association Love Money
Dans les locaux de l'association Love money pour les PME ( Petites et Moyennes Entreprises), des piles de dossiers s'entassent sur les bureaux des trois bénévoles, présents ce jour-là. Parmi eux, Jean Salwa, le fondateur de l'association, et son fils, Didier, âgé de 48 ans. Leur but est de mettre en relation de jeunes entreprises avec des particuliers souhaitant investir. La vocation du père ne date pas d'hier. Entré à 14 ans comme «grouillot» à la bourse de Paris, il se rend rapidement compte que les grandes entreprises disposent de moyens de communications largement supérieurs à ceux des petites sociétés pour trouver des investisseurs. Il s'inspire alors du concept québécois Love Money, signifiant «argent du coeur», pour monter la structure qu'il dirige depuis 1982.

«Rassurer les investisseurs»

Depuis sa création, l'association a aidé une centaine d'entreprises et trouvé environ 800 investisseurs. «Cela représente cinq millions d'euros et a permis de créer près de 500 emplois», affirme Didier Salwa. Parmi les sociétés soutenues figurent Horoquartz (éditeur de logiciels), Clen (matériel de bureau) ou Clarins (cosmétiques). «On a aidé des sociétés de 20 salariés. Ils sont 800 aujourd'hui.»

Actuellement, l'association soutient six entreprises dont l'une d'entre elles, Accueil Hotel, possède un établissement dans le 9e. «Notre rôle, c'est de rassurer les investisseurs en sélectionnant les entreprises», explique Jean Salwa. Pour lui, la «préparation psychologique» de l'entrepreneur est essentielle. «Recevoir de l'argent des autres, ça suppose de prendre des responsabilités. C'est notre rôle d'étudier le bilan de l'entreprise, son activité, les concurrents, l'état du marché...»

Le conte de Danone

Didier Salwa co-dirige l'association Love Money
Didier Salwa co-dirige l'association Love Money
L'histoire de l'entreprise Danone l'a particulièrement inspiré. En 1949, alors que Jean Salwa vient de rentrer à la Bourse, la société est toute jeune. «Cinquante ans plus tard, elle existe toujours», s'amuse-t-il. En aidant les entrepreneurs, l'association souhaite leur apporter la pérennité. «Il faut faire en sorte que les entreprises aient une durée de vie presque immortelle», explique le retraité.

Les entreprises candidates doivent justifier de deux ou trois bilans pour recevoir l'aide de l'association. Elles doivent aussi disposer de bonnes perspectives de développement. «C'est après cinq ans que l'entreprise risque le plus de couler», affirme l'ancien coursier.

Pour les deux hommes, derrière la croissance, c'est surtout la création d'emploi qu'ils recherchent. Mais ils se sentent seuls dans leur combat à l'échelle locale. «On a essayé de mobiliser le maire du 9e afin de rapprocher entrepreneurs et investisseurs du quartier. Nous n'avons pas obtenu le moindre coup de main», déplore le retraité. Infatigables, Jean Salwa et son fils ne baissent pas les bras pour autant et passent près de dix heures par jour à travailler pour l'association...sans toucher aucune rémunération. Didier touche le Revenu de Solidarité Active (RSA) depuis des années.  





Infos pratiques 

Love Money pour les PME

10 rue de Montyon

Tél : 01 48 00 03 35

www.love-money.org



Agrandir le plan




1.Posté par Love money le 25/08/2015 15:18
Bonjour !

Merci pour cet article sur la Love Money ! C'est une belle réussite...

2.Posté par philippe d'aval le 10/10/2015 15:20
Merci de votre accueil et bonne continuation

Nouveau commentaire :







La playlist de septembre