Lundi 27 Février 2017
Rédigé par Mégane Arnaud. Modifié le 27 Février 2017

Les Choristes entrent en scène


Jeudi soir se tenait la première de l’adaptation scénique du film sorti en 2003 sur les tréteaux des Folies Bergère. Depuis le 26 août, la troupe de Christophe Barratier répète. Il y a une semaine, les planches de la salle parisienne vibraient dans l’effervescence des dernières répétitions.


Les enfants choristes ont été formés à la Maîtrise des Hauts-de-Seine, qui est depuis 1995 Choeur d'enfants de l'Opéra national de Paris. ©CyrilMoreau/Bestimage
Les enfants choristes ont été formés à la Maîtrise des Hauts-de-Seine, qui est depuis 1995 Choeur d'enfants de l'Opéra national de Paris. ©CyrilMoreau/Bestimage

«Vois sur ton chemin / Gamins oubliés égarés», le Chœur d’enfants de la Maîtrise des Hauts de Seine répète la chanson culte du film Les Choristes dans les coulisses des Folies Bergère. Dans la salle, les techniciens s’agitent. «Jean-Louis, il faut qu’on se refasse cette transition lumière/décor, c’est pas au point», commande Chiquito, directeur artistique de la pièce. Le metteur en scène, Christophe Barratier, qui est aussi le réalisateur du film au succès planétaire, travaille calmement derrière son ordinateur. Les essais techniques se succèdent. Quand enfin: «Bon on est prêt, on démarre le filage [répétition du spectacle dans les conditions réelles mais sans public, ndlr].» Chiquito, Jean-Marc Vicariot de son vrai nom, cadence les répétitions avec le sourire. 

Un spectacle poétique fait revivre le film culte

Pendant une heure trente, les comédiens habillés à la mode des années 1940 s’exercent, pénétrés. On retrouve Rachin, Mathieu, Morhange, Pépino et leurs répliques inoubliables: «Action… Réaction!», «A la claire branlette, m’en allant promener…» A l’image du film, le spectacle promet d’être drôle et émouvant, grâce au jeu sincère des petits et des grands.  Une scénographie stylisée faite de lais en tulle et d’un décor pivotant, des lumières chatoyantes –bleues, ocres, rouges -, la poésie opère. Et toujours les chansons aériennes récompensées aux César. Plus quelques nouveautés. Sur scène, les voix des enfants - âgés de 7 à 12 ans - font frémir les murs de la salle vieille de 140 ans. 
 

Après sa saison aux Folies Bergère, la jeune troupe sera en tournée dans toute la France à l'automne 2017. ©CyrilMoreau/Bestimage
Après sa saison aux Folies Bergère, la jeune troupe sera en tournée dans toute la France à l'automne 2017. ©CyrilMoreau/Bestimage

Après deux heures d’efforts, les applaudissements de l’équipe retentissent. Salut des comédiens soulagés, suivi d’un débrief du metteur en scène emballé. «Vous êtes épatants! Ça y est, vous êtes les élèves de Fond de l’étang,  on peut rouvrir le pensionnat. Surtout, on n’oublie rien. Le public arrive bientôt.» Et l’assistante metteur en scène, Hélène Chrysochoos d’ajouter: «C’était super! J’ai quelques petites choses à vous dire pour que ce soit encore plus super.» Pendant vingt minutes, ils reprennent les quelques détails imparfaits. Christophe Barratier mime ce qu’il attend. Et juste avant de se quitter, un dernier mot, essentiel: «Je voulais aussi vous dire un truc super important: merci!» 

4 questions à... Jean-Marc Vicariot: «L’attente est grande, on ne veut pas décevoir»

Jean-Marc Vicariot, dit Chiquito, est le directeur artistique et le producteur exécutif du spectacle. Adapter le film phénomène à la scène, une aventure complexe mais passionnante. 
 
En tant que manager et producteur, "Chiquito" a travaillé en collaboration avec entre autres Dominique A, NTM, Olivia Ruiz, Michel Polnareff ou Arthur H. ©DR
En tant que manager et producteur, "Chiquito" a travaillé en collaboration avec entre autres Dominique A, NTM, Olivia Ruiz, Michel Polnareff ou Arthur H. ©DR


Pourquoi avoir adapté sur scène le film Les Choristes de Christophe Barratier, quatorze ans après sa sortie sur grand écran?

Après la sortie du film en 2003, Christophe Barratier – le réalisateur et le metteur en scène – a reçu plusieurs propositions d’adaptations sur scène des Choristes. Mais c’était trop tôt. Quatorze ans plus tard, le film est passé dans l’inconscient collectif, il a été idéalisé. Les gens se souviennent de détails, de sensations. C’est plus facile maintenant d’exciter les souvenirs du public par une nouvelle proposition artistique.


Quelles ont été les difficultés rencontrées lors du passage des écrans à la scène?

Dans son film, Christophe fait des allers-retours permanents entre les scènes d’intérieur et les scènes d’extérieur. On voulait rester fidèle au film. La plus grande difficulté a donc été de trouver comment naviguer de façon fluide entre extérieur et intérieur sur scène, sans que les changements de décor ne s’éternisent. A cela s’ajoutait donc une contrainte de rythme. C’est le talent de dialoguiste de Christophe qui nous a permis de trouver la solution.
 

Pour des raisons légales, trois équipes de 15 enfants se relaient pour assurer toutes les représentations: un défi supplémentaire pour la production du spectacle. ©CyrilMoreau/Bestimage
Pour des raisons légales, trois équipes de 15 enfants se relaient pour assurer toutes les représentations: un défi supplémentaire pour la production du spectacle. ©CyrilMoreau/Bestimage

Sur scène se trouvent 21 comédiens, dont 15 enfants choristes de la Maîtrise des Hauts de Seine. Comment avez-vous déniché ces petits talents? 

J’ai passé trois mois à caster des enfants en Ile-de-France. Il fallait qu’ils aient un niveau de chant suffisant  pour intégrer rapidement les musiques du spectacle et une discipline solide pour apprendre à devenir comédiens. En plus, il fallait trouver 45 enfants répondant à ces critères. Sur scène ils sont 15, mais en réalité on travaille avec trois chœurs d’enfants différents pour des raisons légales concernant le travail des enfants. Travailler avec trois équipes différentes, c’est trois fois plus de travail et trois fois moins de temps.


Comment s’est déroulé le travail artistique avec les enfants?

C’est une première pour moi, mais Christophe l’a déjà fait durant le film. Il a fallu adapter le travail. D’habitude, on répète et on crée le show petit à petit. Avec des enfants, impossible. Christophe et moi avons passé des heures à construire la mise en scène sur le papier avant de commencer les répétitions. C’était une vraie contrainte. Mais les enfants, eux, sont bluffants. Ils sont précis, rigoureux, insouciants. Depuis qu’on a commencé les répét' le 26 août, le point capital, c'est: que les enfants s’amusent. On leur demande énormément de temps alors qu’ils ont une année scolaire à mener de front. C’est difficile. Le seul moyen pour qu’ils brillent, c’est qu’ils s’éclatent. Tout le temps! 
 

Infos pratiques

Les Choristes, spectacle musical mis en scène par Christophe Barratier
Du 23 février au 21 mai. Premières places à partir de 30 euros, réservation sur le site

Les Folies Bergère
32 rue Richer
Métro Grands Boulevards (lignes 8 et 9)

 
 
Mégane Arnaud



Nouveau commentaire :







La playlist de septembre