Lundi 28 Novembre 2016
Rédigé par Ariane Pollaert. Modifié le 29 Novembre 2016

Le 9e a davantage voté pour Alain Juppé


Si François Fillon a largement remporté la primaire de la droite et du centre, les résultats dans le 9e sont plus contrastés. Alain Juppé y talonne de près le gagnant. Retour sur la répartition des votes lors des deux tours les 20 et 27 novembre dans l’arrondissement.


Que cachent les votes du 9e arrondissement ?
Que cachent les votes du 9e arrondissement ?
«Comparaison n’est pas raison» écrivait le savant Jean Gruter au XVIIe siècle. Bien bête serait pourtant celui qui se l’interdit sans raison : la comparaison est souvent fertile lorsqu’il s’agit de résultats électoraux. Comparer la répartition des votes lors de la « primaire ouverte de la droite et du centre » entre le 9e arrondissement et l’ensemble des votants permet de dégager quelques spécificités locales.


Lors du premier tour de la primaire le 20 novembre, des différences considérables peuvent être observées dans le 9e. La mobilisation pour Alain Juppé en est la plus frappante. Elle concerne près de 42% des votes dans cet arrondissement, soit 10 points de plus qu’au niveau national. Cette mobilisation plus forte pour le maire de Bordeaux se confirme sur l’ensemble de Paris. Si tous les électeurs français avaient voté comme dans le 9e arrondissement, Alain Juppé serait arrivé légèrement en tête du scrutin. Le candidat a en réalité été devancé par François Fillon de près de 16 points. 

Deux fois moins de votes pour Sarkozy

 Un autre résultat frappant est la faible mobilisation pour Nicolas Sarkozy entre la Place Pigalle et l’Opéra Garnier. On compte un peu plus de 20% de voix pour l’ancien Président au niveau national, contre à peine 10% dans le 9e.
 
A l’inverse, Nathalie Kosciusko-Morizet fait de meilleurs scores dans le 9e arrondissement : un peu plus de 5% des votes au niveau local, contre 2,6% sur l’ensemble du pays. La députée de l’Essone, également conseillère de Paris depuis 2014, a en effet davantage mobilisé dans la capitale (4,35% des voix dans toute l’Île-de-France) que dans le reste du territoire (2,6% des voix).
 

Faible mobilisation pour Bruno Le Maire, malgré le soutien de Delphine Bürkli

Dès l’annonce des primaires, Delphine Bürkli, maire du 9e arrondissement, a rejoint l’équipe de campagne de Bruno Le Maire. Ce soutien est intéressant dans l’analyse des résultats de l’arrondissement. La différence est faible, mais malgré les appels aux votes de madame Bürkli, les habitants du 9e ont moins voté pour l’ancien ministre de l’agriculture (à 1,29%) que dans le reste de la France (à 1,40%).

 

Delphine Bürkli affiche son soutien en retweetant Sylvie Leydet, conseillère du 9e arrondissement, également en faveur de Bruno Le Maire
Delphine Bürkli affiche son soutien en retweetant Sylvie Leydet, conseillère du 9e arrondissement, également en faveur de Bruno Le Maire

Juppé et Fillon quasiment à égalité pour le second tour

François Fillon vient de gagner la primaire de la droite avec une large avance, mais dans le 9e, les deux candidats sont au coude-à-coude. Alain Juppé recueille près de 50% des voix dans l’arrondissement : 16 points de plus qu’au niveau national.



La maire du 9e, après la défaite de Bruno Le Maire avait appelé à voter François Fillon.

Le 9e a davantage voté pour Alain Juppé

Reste à attendre les primaires de la gauche qui auront lieu les 22 et 29 janvier prochain pour saisir un peu mieux les spécificités de l’électorat du 9e arrondissement.

Les méthodes de la comparaison
Il est possible d’additionner les résultats de tous les bureaux de vote du 9e et de les comparer avec les résultats nationaux. Chaque résultat par bureau de vote est en effet disponible sur le site officiel de la primaire. Quelques calculs simples permettent ensuite d’obtenir un graphique comparatif.
 
Il convient de souligner que la comparaison faite dans l’article n’est que l’image des deux tours de la primaire de la droite et du centre. Cette dernière ne permet pas de saisir la couleur politique globale de l’arrondissement. Ajoutons que le vote par procuration était impossible lors de ce scrutin. De plus, les votants devaient voter dans la ville où ils étaient inscrits au 31 décembre 2015. Un rapport parlementaire de 2014 met en évidence 6,5 millions de mal inscrits sur les listes électorales en France. Les citoyens qui ne se sont pas réinscrits après un déménagement sont par exemple considérés comme « mal inscrits ». Conclusion : une partie des habitants du 9e ne votent pas dans leur arrondissement, ce qui est une des limites de la comparaison.


Bonus infographies 



Vous aimerez aussi
< >

Jeudi 23 Mars 2017 - 18:19 Caroline de Haas, oser l'Assemblée

Jeudi 2 Mars 2017 - 17:27 Touche pas à mon piano !



1.Posté par GUS le 07/12/2016 14:40
François Fillon veut supprimer des postes de fonctionnaires. Mais il a toujours vécu de la politique. Il n'a jamais créé d'emplois, il n'a jamais créé de richesses. Il a toujours été grassement payé par le contribuable.

2.Posté par Charlot le 14/12/2016 12:10
Suppression des hauts fonctionnaires

Il y a dans les services de l'Etat, dans la fonction publique territoriale et dans les entreprises publiques, des hauts fonctionnaires payés à ne rien faire. Ils sont administrateurs au Sénat, chargés de mission, conseillers techniques ....Non seulement ils occupent des emplois correspondant à des fonctions dont l'utilité n'est pas avérée, mais ils passent leur temps à critiquer et à donner des leçons aux autres.

Nouveau commentaire :







La playlist de septembre