Lundi 20 Mars 2017
Rédigé par Julien Da Sois. Modifié le 14 Mai 2017

La ligne 67 victime du Grand Paris des Bus


Dans le cadre de la refonte du réseau de bus parisien, nommé «Grand Paris des Bus», il est prévu que la ligne 67 soit amputée de tous ses arrêts situés dans le 9e à partir de 2018. Une décision qui fait l’objet de débats dans l’arrondissement.


Un bus de la ligne 67, allant de Pigalle au Stade Charléty. ©Wikimedia Commons
Un bus de la ligne 67, allant de Pigalle au Stade Charléty. ©Wikimedia Commons
«Non à la suppression du bus 67 dans le 9e arrondissement de Paris.» Voilà le nom de la pétition lancée il y a maintenant trois semaines sur le site internet Change.org et qui a recueilli pour l’instant 267 signatures. Pour Alain Stalla, initiateur de cette réclamation, «avec la suppression de la ligne de bus 67 sur le tronçon Pigalle – Louvre, il n’y aura bientôt plus aucune liaison directe en bus entre le 9e et le sud de Paris». Le président du comité des fêtes du 9e appelle donc à la mobilisation, afin de «conserver cette ligne de bus dans notre arrondissement».

Une réorganisation du réseau de bus de la capitale

Cette modification de la desserte de la ligne 67 ne constitue qu’une partie du plan plus global de restructuration du réseau de bus parisien, appelé «le Grand Paris des Bus ». Initié dès 2013, ce projet est basé sur un constat: depuis les années 1950, le réseau de bus parisien est resté quasiment inchangé.

«Pourtant, dans le même temps, la démographie parisienne et des villes limitrophes a fortement évolué, souligne la Ville de Paris. Des offres de transports lourds aussi structurants que la ligne 14 du métro ou le RER E ont également été mis en service ces dernières décennies sans modification substantielle du réseau de bus.» Sans oublier que se profile d’ici à 2030 la mise en service progressive du Grand Paris Express, le nouveau métro francilien. Du côté de la Ville de Paris, on explique que «le réseau de bus parisien restructuré sera compatible avec la future organisation des transports dans la métropole», et notamment avec le Grand Paris Express.

Un long processus

Après une grande consultation publique organisée du 19 septembre au 30 novembre 2016 par le STIF (Syndicat des Transports d’Ile-de-France), en partenariat avec la RATP et la Ville de Paris, le Grand Paris des Bus prend forme petit à petit. Le remaniement envisagé est conséquent: 22 lignes fortement impactées par la refonte du réseau (dont la ligne 67), 20 lignes modifiées à la marge et une ligne créée. En tout, environ la moitié des lignes circulant dans Paris vont vraisemblablement subir les effets de cette restructuration. 
 
La Ville de Paris précise tout de même que «la dernière phase de validation définitive du futur plan par le STIF est en cours, après des réunions de concertation avec les élus d’arrondissement et des collectivités riveraines de Paris qui se sont tenues début mars». Toujours selon la Ville, «la mise en service du réseau remanié est prévue pour septembre 2018».

La maire du 9e en renfort

La pétition d’Alain Stalla dénonçant la suppression du tronçon Pigalle – Louvre de la ligne 67 a reçu un soutien de poids. La maire du 9e Delphine Bürkli a en effet elle-même pris parti contre l’évolution de la ligne proposée par le STIF. Le 8 mars, le syndicat des transports franciliens a proposé en contrepartie à l’élue Les Républicains de prolonger la ligne du Montmartrobus jusqu’à Notre-Dame-de-Lorette. Delphine Bürkli a jusqu’au 30 mars pour réagir officiellement à cette proposition du STIF.
Le Montmartrobus, allant de Pigalle à Mairie du 18e – Jules Joffrin. ©Wikimedia Commons
Le Montmartrobus, allant de Pigalle à Mairie du 18e – Jules Joffrin. ©Wikimedia Commons

Les habitants du 9e sont eux partagés quant à l’utilité de la suppression de ce tronçon. Hassan, usager régulier de cette ligne, estime que l’amputation de la ligne 67 est «aberrante»«C’est dommage pour les touristes surtout, qui fréquentent beaucoup cette partie de la ligne car elle relie deux lieux parisiens mythiques: Pigalle et le musée du Louvre», regrette le retraité. Gloire, étudiant habitant dans le 9e, n’est pas du même avis. Même s’il trouve lui aussi ce changement dommageable pour les touristes, il approuve la suppression du tronçon car celui-ci «n’est pas beaucoup fréquenté».

Les propos de Tarik, chauffeur de bus sur la ligne 67, font écho à ceux de Gloire. «Abandonner cette partie de la ligne est une bonne chose car il y a déjà deux autres bus sur ce parcours, le 74 et le 85. Le changement ne se ressentira pas, au vu du peu de monde sur la ligne 67 au niveau de ces arrêts-là», commente le chauffeur. Une chose est sûre: le Grand Paris des Bus n’a pas fini de faire parler. 
 
Julien Da Sois



Vous aimerez aussi
< >

Mercredi 3 Mai 2017 - 17:44 Conversation sur les moustiques

Lundi 24 Avril 2017 - 23:26 Une vente aux enchères pour la bonne cause


Nouveau commentaire :







La playlist de septembre