Lundi 2 Juin 2014
Rédigé par Christelle Le Gall. Modifié le 23 Septembre 2015

J’ai testé pour vous: l’apéro tricot


Vous pensez que le tricot, c'est ringard? C’est que vous ne connaissez pas encore Mlle Sophie! Cette blogueuse et créatrice de la marque Breaking the Wool anime tous les mardis soirs des apéros tricot à l’atelier Rrose Sélavy. J'ai testé pour vous cette activité tendance: tricoter en prenant l’apéro.


Au programme : cocktails, pelottes de laine et belles rencontres. (©DailyNeuvième/Christelle Le Gall)
Au programme : cocktails, pelottes de laine et belles rencontres. (©DailyNeuvième/Christelle Le Gall)
Réaliser un point mousse, faire une augmentation, un grafting ou rabattre ses mailles… Ce vocabulaire peut s’apparenter à du chinois si l'on ne connaît rien au monde du tricot. À écouter les discussions des filles présentes à l’apéro géant de Mlle Sophie, je perds parfois le fil. En plus des apéros réguliers du mardi soir, cet événement a lieu une fois par trimestre à l’atelier Rrose Sélavy.

Les participantes ont entre 25 et 35 ans et sont pour la plupart des blogueuses-tricoteuses, des passionnées rencontrées sur Twitter, mais aussi des débutantes. Elles sont une soixantaine à s’être réunies dans une grande pièce au premier étage de l’atelier.

 

Un décor très girly

Un bon moment entre copines à l'heure de l'apéro autour du tricot. (©DailyNeuvième/Christelle Le Gall)
Un bon moment entre copines à l'heure de l'apéro autour du tricot. (©DailyNeuvième/Christelle Le Gall)
Poutres rose bonbon, papier peint fleuri, lustres en cristal, canapés moelleux et mobilier dépareillé: le décor est chaleureux et très girly. Dans un coin de la pièce trône un bar où l’on sert des cocktails.

Des groupes de tricoteurs se sont formés autour de grandes tables jonchées de pelotes de laines multicolores, d’aiguilles à tricoter, de verres de cocktails et de bols de chips mexicaines. L’ambiance est animée, les voix et les rires fusent un peu partout.

 

Tricoter son propre «Trendy Chale»

Ambiance conviviale dans l'atelier Rrose Sélavy, situé dans le quartier de Pigalle. (©DailyNeuvième/Christelle Le Gall)
Ambiance conviviale dans l'atelier Rrose Sélavy, situé dans le quartier de Pigalle. (©DailyNeuvième/Christelle Le Gall)
Je repère, au fond de la salle, une petite pièce séparée par de grandes baies vitrées. Le lieu semble plus tranquille. C’est là que Mlle Sophie vend ses kits «Breaking the wool» pour réaliser le fameux «Trendy Chale», la création qui l’a rendue célèbre. Il s’agit d’un châle en forme de triangle que l’on porte comme un chèche. Le kit coûte 40 euros et contient des pelotes de laine, des aiguilles en bambou et une fiche explicative pour apprendre à tricoter le châle. 

 

Mlle Sophie: «Le tricot, c'est une vraie drogue!»

Cette soirée est l’occasion pour Mlle Sophie de présenter sa nouvelle collection d’été, de la laine aux couleurs pastel et fluo. Les filles se pressent autour de la créatrice pour acheter ses kits et lui demander des conseils. Certaines sont aussi venues avec leur propre matériel. 

C’est le cas d’Émilie qui a apporté sa laine et des aiguilles très singulières, deux courtes pointes reliées par un câble. «On appelle ça des aiguilles circulaires , m’explique-t-elle. Je trouve que ça fatigue moins les bras que des aiguilles droites. Et puis, c’est pas mal pour tricoter dans le métro. Ça prend moins de place et on peut les ranger facilement dans le sac

Je m’installe à la table d’Émilie et me lance dans l’apprentissage du tricot en compagnie de quelques débutants. On apprend à réaliser des nœuds de toutes les couleurs, à porter en bracelet, en barrette ou en nœud papillon. Car, si la majorité des participants sont des femmes, les hommes sont aussi au rendez-vous. Comme Romain, qui s’essaye au tricot pour la première fois. Venu accompagner des amis à la soirée, il se retrouve à apprendre le point mousse. C’est le point de tricot le plus simple à réaliser, idéal pour les débutants.

De l'application et beaucoup de patience

Romain s'initie aux joies du tricot. (©DailyNeuvième/Christelle Le Gall)
Romain s'initie aux joies du tricot. (©DailyNeuvième/Christelle Le Gall)
Sous la supervision d’un groupe de tricoteuses expérimentées, j'apprends à maîtriser la technique avec quelques difficultés. Tenir des aiguilles ne me paraît pas très naturel. Je mets bien une bonne vingtaine de minutes à appréhender les gestes. Il faut faire glisser la maille montée de l’aiguille de gauche sur l’aiguille de droite. «C’est comme la politique, le tricot, ça passe de gauche à droite» plaisante Romain qui, au bout d’une heure de pratique, finit par se lasser de cette nouvelle activité, un peu trop répétitive à son goût. De mon côté, j'ai du mal à rester concentrée sur mon ouvrage, trop occupée à écouter les conversations aux alentours. 

Je fais la rencontre de Mathieu, 36 ans, un adepte du tricot depuis six mois. Il est venu découvrir l'atelier Rrose Sélavy avec des amies rencontrées par le biais de Twitter:



 

Laisser libre court à sa créativité

Cette soirée a changé l'idée que je me faisais du tricot. Ce n'est pas que je considérais cette activité comme vieillotte ou réservée aux grand-mères, mais je m'attendais à quelque chose d'ennuyeux et de compliqué. C'est en effet très technique, mais apprendre à tricoter est finalement plaisant et gratifiant quand on commence à voir des résultats. Se détendre, rencontrer du monde, créer des pièces uniques et personnelles, laisser libre court à sa créativité, c’est tout ça l’apéro tricot. Une activité aux nombreuses vertus qui plaira aux amateurs du «Do it yourself ».

Pour ceux qui aimeraient apprendre à manier les aiguilles en compagnie de Mlle Sophie, rendez-vous tous les mardis soirs à l’atelier Rrose Sélavy pour un cours en petit comité (environ 10 personnes), et tous les trimestres pour l’apéro tricot géant.


Infos pratiques :
Apéro tricot tous les mardis de 19h à 21h
Atelier d'Art Rrose Sélavy
5 rue Fromentin
M° 2 Blanche ou 2 et 12 Pigalle
01 40 23 05 95
30€ le cours de 2 heures
www.rroseselavy.net
Page Facebook


 



Nouveau commentaire :







La playlist de septembre