Widgets Magazine
Le Daily Neuvième
Jeudi 30 Octobre 2014

Le journal qui s'intéresse à ceux qui vous intéressent


Mardi 18 Octobre 2011

IVT : "Le dossier de la mauvaise foi"


Selon l'UMP Delphine Bürkli, l'Etat, loin de se désengager vis à vis du théâtre de la rue Chaptal, le subventionne à hauteur de 330 000 euros. Mais attend pour cela le retour d'une convention.


IVT : "Le dossier de la mauvaise foi"
L'appel d'Emmanuelle Laborit au nom d'un IVT "exsangue" (lire notre article du 21 septembre ), a vite pris une tournure politique, comme on a pu le constater lors du Conseil de Paris, lundi 17 octobre, à l'occasion de la délibération sur la subvention de convention accordée à ce théâtre.

Tandis qu'à gauche, on dénonçait le désengagement de l'Etat, Delphine Bürkli, conseillère UMP élue du 9e, est montée au créneau.

Rappelant qu'elle connaît bien le théâtre et ses dirigeants, le travail fourni, mais qu'elle avait dû, en 2008, "pointer des erreurs de gestion, des irrégularités manifestes et caractérisées dans la comptabilité de l'IVT". Un audit avait été réalisé, une seconde chance donnée au théâtre, des décisions plus rigoureuses avaient été prises. "L'Etat et la Ville avaient alors accru leur engagement financier".

Réserve personnelle du ministre

Et de souligner : "En plus de la subvention annuelle de 250 000 euros, un complément va être versé de 80 000 euros (subvention exceptionnelle de 50 000 euros au titre de la réserve personnelle du ministre de la culture, et 30 000 euros sur les crédits de la direction régionales des affaires culturelles).Tout est prêt du côté de l'Etat pour effectuer ces versements. Mais les services du ministère sont toujours dans l'attente de la convention signée et validée par l'IVT."

Avec une subvention de 330 000 euros pour 2011 (quand la Ville de Paris et le département versent 150 000 euros), tandis que "le ministère de la culture étudie la revalorisation de sa subvention annnuelle" dans le cadre de la prochaine convention 2012-2014, la conseillère estime que "l'Etat ne se désengage absolument pas, bien au contraire", et regrette "la mauvaise foi qui domine dans ce dossier".

Emmanuelle Cohendet


Vous aimerez aussi
< >

Mercredi 22 Octobre 2014 - 04:00 Théâtre: Un dîner d'adieu, le ménage d'enfer


Commentaires

1.Posté par Bruet le 05/11/2011 02:12
J'ai eu accès au dossier de l'IVT... et aux énormes carences de gestion. Un exemple simple : les milliers d'Euros (voire centaines), depensés chaque année pour les tickets restaurants alors qu'il n'y a qu'une vingtaine de salariés...

Nouveau commentaire :