Lundi 30 Janvier 2017
Rédigé par Octave Odola. Modifié le 30 Janvier 2017

Hamon convainc le neuvième... mais seulement pour la primaire


​Plus de 630 personnes ont voté dimanche à l’école maternelle du 68, rue Rochechouart, dans le cadre du second tour des primaires de la gauche. C'est l’un des huit bureaux de vote du 9e arrondissement de Paris. Si Benoît Hamon a remporté les suffrages, il doit encore convaincre les indécis et les résignés venus voter pour lui ce dimanche de lui faire confiance pour les présidentielles.


Benoit Hamon ou Manuel Valls ? Réponse dans l'isoloir © Octave Odola
Benoit Hamon ou Manuel Valls ? Réponse dans l'isoloir © Octave Odola
Une semaine après avoir accordé leur soutien à Benoit Hamon, les électeurs du neuvième arrondissement étaient de retour dans l’isoloir pour confirmer leur choix. Si l’ancien ministre de l’Éducation nationale l’a clairement emporté par 400 voix contre 236 pour Manuel Valls dans ce bureau de la rue Rochechouart, l’état d’esprit des sympathisants de gauche, lui, est plus nuancé. 

Les résultats du second tour bureau par bureau >>> http://www.lemonde.fr/ile-de-france/paris,75/paris-9eme-arrondissement,75056AR09/elections/primaire-gauche-2017/

Un vainqueur, plusieurs positions

 « Cela fait plus de 10 ans que je soutiens Benoit Hamon. Je suis assez désabusé par la politique en général, mais je suis sensible à la sincérité et la simplicité du personnage » annonce Matthieu Ricaud, habitant du 9e arrondissement, à peine sorti du bureau du vote. Cet éditeur juridique est convaincu par les propositions du candidat : « Le revenu universel par exemple, c’est un véritable projet de refonte de notre société » s’exclame-t-il, enthousiaste.

Abstentionniste au premier tour, Francine, qui a toujours voté à gauche, s’est décidée après le dernier débat télévisé entre les deux candidats. « Hamon, c’est nouveau, il a l’air plus frais... mais je viens aussi voter contre Manuel Valls » déclare cette responsable de centre de loisirs, encore indécise sur son choix de voter à la présidentielle pour le vainqueur de cette primaire.  

« Je suis venu voter par devoir citoyen, mais à mon âge, je ne crois plus à la politique » lance Jacques, retraité. Ce sympathisant de gauche a « oublié » de venir voter au premier tour de la primaire. L’homme de 88 ans semble résigné : « Je suis venu voter pour le moins pire des deux candidats du second tour, Benoit Hamon ».

Une participation en hausse

La participation est en hausse par rapport au premier tour au 68, boulevard Rochechouart © Octave Odola
La participation est en hausse par rapport au premier tour au 68, boulevard Rochechouart © Octave Odola
« Les électeurs de Benoit Hamon sont encore présents. Les personnes indécises ont tendance à voter pour le candidat en tête au premier tour », explique Bernard Gache, assesseur titulaire du bureau de vote, en charge de l’accueil des votants.

Le président du bureau est formel. Après avoir minutieusement compté les signatures dans le registre d’émargement, la participation est plus élevée que la semaine dernière.  651 personnes sur plus de 4000 inscrits ont bravé la grisaille et la pluie en ce dimanche après-midi de janvier. Ils étaient 597 au tour précédent, la participation est en hausse de presque 10% pour le deuxième tour dans ce bureau. C’est tout de même plus de dix points de moins par rapport à la moyenne nationale, en hausse de plus de 20%.

Hamon, le choix du moment en attendant la présidentielle

Même les sympathisants pleinement convaincus par les idées de Benoit Hamon l’avouent, ils ne sont pas certains de maintenir leur vote des primaires au premier tour de l’élection présidentielle. « Je suis encore indécis, je remettrai les choses à plat pendant la campagne présidentielle », avoue Valentin, qui a pourtant voté pour Benoit Hamon lors des deux tours de la primaire.

Ida, travailleuse sociale, a parlé de Benoit Hamon à ses amis pour tenter de les convaincre de voter pour le candidat arrivé en tête au premier tour. Son choix pour la présidentielle n’est pourtant pas encore totalement arrêté. « Je surveillerai les alliances qu’il peut faire. Il peut se passer beaucoup de choses jusqu’aux présidentielles » conclut-elle, pensive. Benoit Hamon a obtenu les faveurs des sympathisants de gauche du neuvième arrondissement tout au long de cette primaire. Il lui reste quatre mois pour convaincre sans réserve les électeurs.
 
  Octave Odola
 



Vous aimerez aussi
< >

Vendredi 27 Janvier 2017 - 08:08 Trois générations de militants avec Benoît Hamon

Mercredi 30 Novembre 2016 - 18:00 Le grand élan de la démocratie participative

Lundi 28 Novembre 2016 - 16:53 Le 9e a davantage voté pour Alain Juppé


Nouveau commentaire :







La playlist de septembre