Lundi 22 Mai 2017
Rédigé par David Levi. Modifié le 22 Mai 2017

Élections législatives : Pierre-Yves Bournazel, le Macron de la 18e


En lice pour les élections législatives, Pierre Yves Bournazel (LR), conseiller de Paris, est parti à la conquête de la 18- circonscription de Paris, tenue par la gauche depuis 1997. Pour imprimer sa marque et avoir une chance de l’emporter, il n’hésite pas à surfer sur la vague d’En Marche!.


Pierre-Yves Bournazel est candidat pour la seconde fois dans la 18e circonscripton ©Alain Guizard
Pierre-Yves Bournazel est candidat pour la seconde fois dans la 18e circonscripton ©Alain Guizard
«Vous savez que j’ai 39 ans ? Le même âge que le président !» Visiblement ravi de la coïncidence, le candidat aux législatives se fend d’un large sourire, dévoilant ses dents du bonheur, les mêmes qu’Emmanuel Macron.

Pour cette fois, il semblerait que les apparences ne soient pas trompeuses. Outre sa jeunesse, l’ancien porte-parole d’Alain Juppé aux primaires de la droite revendique un programme on ne peut plus macronien. En quelques mots clefs : «libérer le travail, réparer l’ascenseur social, favoriser le secteur du numérique et la croissance verte, embaucher des policiers».

Il promet aussi que s’il est élu il fera tout pour qu’une police municipale soit établie à Paris, «je déposerais un projet de loi si rien n’est fait en ce sens». Puis il pointe mon téléphone laissé sans surveillance sur la table de la terrasse «en attendant ma police municipale, faites attention à vos affaires ici». 

En finir avec "les députés godillots"

Depuis qu’il a été élu conseiller de Paris pour la première fois en 2008, il a selon lui toujours eu le souci de bousculer les logiques partisanes «je me fais régulièrement taper sur les doigts par les membres de mon parti, car je vote des projets de la majorité socialiste. L’opposition systématique c’est de la vielle politique et les gens en ont marre».

Pourtant lors des dernières élections Pierre-Yves Bournazel ne s’est pas imposé dans sa circonscription. En 2012 il a même réalisé un des scores les plus faibles jamais enregistrés pour un candidat de la droite dans la 18e circonscription. «Depuis que je me suis engagé ici, on m’a souvent dit que c’est trop difficile de gagner, que cette circonscription est acquise aux socialistes», confie-t-il.  

Mais cette fois, «un vent de renouveau souffle sur la politique française», c’est pourquoi l’homme de droite croit en ses chances en terre hostile : «Aujourd’hui dans un pot de yaourt c’est le gout qui compte, pas son étiquette».

À son échelle, le chef de file de l’opposition dans la 18e circonscription se laisse à rêver d’un changement profond :  «ça fait 20 ans que ce sont les mêmes élus, il faut des idées nouvelles et finir avec les députés godillots.»

Patrick Bernard, rédacteur en chef de la revue trimestrielle Montmartre à la une, a voté à gauche toute sa vie. Il connait bien Pierre-Yves Bournazel : «je le croise souvent dans le quartier, il se déplace à pied ou en transport en commun, il est plus présent que les autres élus». Pour le rédacteur en chef, Bournazel «est au goût du jour, il ne mettra pas inutilement des bâtons dans les roues de Macron à l’Assemblée». 

 
Pierre-Yves Bournazel affirme être le seul candidat important de la circonscription à y habiter ©Alain Guizard
Pierre-Yves Bournazel affirme être le seul candidat important de la circonscription à y habiter ©Alain Guizard

Myriam El-Khomry elle aussi soutenue par En Marche!

D’ailleurs, dans la 18e circonscription il n’y a pas de candidat investi par la République En Marche (LREM). Pourtant son opposante du parti socialiste, Myriam El Khomry, est elle aussi est proche du nouveau président, qui lui a proposé d’être investi sous l’étiquette LREM si elle abandonne l’étiquette PS.

Alors qui le gouvernement soutient-il ? «Vous pensez vraiment que les gens d’En Marche veulent soutenir des gens qui incarnent l’échec du quinquennat Hollande ?» se demande avec aplomb Pierre-Yves Bournazel. Apparemment les deux années de Macron à Bercy ne sont pas symbole d’échec selon le conseiller de Paris.

Pierre Yves Bournazel également chargé de la promotion de la ville de Paris pour les JO 2024 se dit «confiant dans l’attribution des jeux à Paris. Mais selon lui, c’est un vote et dans un vote on doit convaincre jusqu’au bout et ne pas sous-estimer ses adversaires». C’est entendu.
 

David Levi




Vous aimerez aussi
< >

Jeudi 23 Mars 2017 - 18:19 Caroline de Haas, oser l'Assemblée



1.Posté par Jules le 25/05/2017 20:32
Il faut balayer devant sa porte

Je vous conseille la lecture de l'ouvrage suivant


Un quinquennat à 500 millards: Le vrai bilan de Sarkozy Broché – 18 janvier 2012
de Mélanie Delattre (Auteur), Emmanuel Lévy (Auteur)

2.Posté par Jules le 25/05/2017 20:35
situation de la France en 2012

Il s’était présenté comme le candidat de l’« État modeste », l’homme
qui allait faire baisser les impôts des Français et gérer nos finances
en bon père de famille. En janvier 2007, l’estimation la plus haute
de son programme excédait à peine les 50 milliards d’euros.
Cinq ans plus tard, alors que Nicolas Sarkozy remet son mandat
en jeu, l’heure du bilan a sonné. Et le moins que l’on puisse dire,
c’est que les 53% d’électeurs qui ont cru à sa promesse de remettre
les finances publiques d’aplomb n’en ont pas eu pour leur argent.
Jamais le pays n’a été aussi endetté. Jamais, depuis la Seconde
Guerre mondiale, la France ne s’est appauvrie aussi rapidement.
La faute de la crise ? Pas seulement. Nicolas Sarkozy aura beau dire
qu’il a été victime de circonstances exceptionnelles, la déferlante
des subprimes puis la montée des dettes européennes, il lui faudra
bien reconnaître que son absence de cap économique, une mesure
en chassant une autre, a considérablement affaibli le pays. En
multipliant les cadeaux aux plus riches et les réformes mal ficelées
sans réduire les dépenses publiques comme il s’y était engagé,
le Président a creusé le trou laissé par ces prédécesseurs.

Mélanie Delattre et Emmanuel Lévy, journalistes économiques
au Point et à Marianne, racontent l’histoire non officielle des
grandes décisions du quinquennat. Et ils ont compilé les chiffres.
Leur tableau donne une image inédite du bilan
financier 2007-2011. Le vrai bilan, en quelque
sorte. Détails de l’ardoise record de 500 milliards
d’euros laissée par Nicolas Sarkozy aux Français.

3.Posté par enzo le 25/05/2017 23:33
Réussite du quinquennat de François Hollande

Le chômage a nettement décru le mois dernier. Sur plusieurs mois, il est désormais clair que la courbe fatidique s’est inversée. François Hollande avait prévu de manger son pain noir en début de mandat pour trouver du pain blanc avant l’élection. Mais comme la conjoncture a un an de retard sur le calendrier qu’il avait prévu, il n’a mangé que du pain noir. Le pain blanc est pour Macron.

4.Posté par Katia le 26/05/2017 11:10
Parasite

Pierre Yves Bournazel est un apparatchik. Il n'a jamais exercé un vrai métier. Il est payé à ne rien faire par le contribuable. C''est ce qu'on appelle un parasite.

5.Posté par Anaïs le 27/05/2017 23:27 (depuis mobile)
Bon profil pour notre circo: jeune, moderne et compétent

6.Posté par Olivia le 27/05/2017 23:55
D'habitude de gauche, je vais voter clairement pour Pierre-Yves Bournazel, candidat du rassemblement et homme neuf.
La 18e mérite enfin un député proche et à l'écoute des habitants.

7.Posté par Marc le 27/05/2017 23:56
Je suis conquis par sa personnalité et son projet face à l'échec d'El Khomri dans le gouvernement de François Hollande. Son bilan sera son boulet.

8.Posté par charlot le 29/05/2017 17:15
Monsieur Macron est l'inspirateur de la loi El Khomery qui a été vidée de toute sa substance.
Avec M. acron nous aurons la loi el Khomey X 10.
Je ne comprends pas qu'on soit de gauche et que l'on votre pour un tel godillot.
Il n'a jamais travaillé. Il est mal placé pour donner des leçons.
Charité ordonnée commence par soi-même.

9.Posté par zary le 08/06/2017 14:34
PY Bournazel veut se refaire une virginité, brusquement il est macroniste...non, il n'est qu'un de ces petits parasites de la vie publique qui n'ont jamais réellement travaillé et qui voudraient continuer à (très bien) vivre sur notre dos.
Cela serait bien de garder une distance critique pour Daily neuvieme, quand on voit le titre...alors même que PY Bournazel est dans le circuit depuis un bout de temps.

10.Posté par amv75 le 10/06/2017 13:29
Comment voter pour cette personne lorsque le descriptif de son programme a été oublié (volontairement ou involontairement ?) dans l'enveloppe qui m'a été envoyée ? On peut se poser la question sachant que Mme El Khomeri fait toute sa pub sur le fait qu'elle soutient le mouvement en marche bien que le mouvement en marche n’apparaisse pas comme soutien de cette candidate.

Avis donc aux personnes qui font ce travail de remplir les enveloppes de faire déjà bien leur travail !

Heureusement internet est là peux ceux qui peuvent s'en servir. Je donne cet avais même si je ne suis pas certaine de voter pour M Bournazel. Il s'agit d'une simple réflexion sur l'équité.

Nouveau commentaire :







La playlist de septembre